nicolas-ladino-silva-y88uVd4tcNo-unsplash

Fatigue, anxiété : les conséquences des acouphènes

Peu connus, les acouphènes peuvent être un réel handicap pour ceux qui en souffrent.

Les acouphènes, ces bruits plus simplement, peuvent être transitoires ou persistants, continus ou intermittents. Ces troubles sont liés à un dysfonctionnement du système nerveux auditif.

La perception du son varie d’une personne à l’autre : bourdonnement, sifflement, grincement, chuintement, sonnerie, cliquetis… Ce bruit peut survenir dans une seule oreille comme dans les deux. L’intensité, la localisation diffère d’une personne à l’autre.

Un faible pourcentage des acouphènes est lié à un bruit réel et mesurable, produit par une anomalie dans la région de l’oreille interne (malformation vasculaire, de contractions musculaires ou de lésions de la cochlée elle-même par exemple). La plupart des acouphènes sont des sons fantômes qui n’ont de réalité que dans le système auditif des personnes qui les perçoivent. Cela ne signifie pas qu’ils n’existent pas, mais que leur origine est différente et complexe : dus à des lésions des cellules ciliées, une mauvaise communication des fibres nerveuses du nerf auditif, une hypertension artérielle, un problème de circulation sanguine ..

La douleur est bien présente. Certains bruits comme le tintement d’un couvert sur une assiette peuvent paraître intolérables. La circulation en ville peut devenir tout aussi insupportable que l’absence de silence alors que nous sommes en haute montagne en proie à nos acouphènes.

Bien souvent les acouphènes sont favorisés par des expositions répétées à des bruits ayant un niveau sonore élevé, par certaines pathologies de l’oreille, du nez et du larynx, ou encore par le vieillissement. L’origine d’un acouphène est difficile à définir car de nombreux facteurs peuvent être impliqués, que cela soit un traumatisme sonore, une pathologie auditive (maladie de Ménière, otospongiose,..) ou des facteurs psychologiques tel qu’un choc émotionnel. Certaines typologies de médicaments sont connus pour causer potentiellement des sifflements d’oreille. Il est impératif de consulter un ORL.

Consulter un spécialiste de l’audition peut être d’une grande aide après avoir son examen ORL. Les hyperacousies peuvent être améliorées par des prothèses génératrices de sons, semblables à celles utilisées pour les acouphènes. Le son est très faible au début, puis augmenté progressivement. Il est recommandé de vivre dans un environnement sonore modéré au lieu de s’isoler du bruit en portant des protections auditives. D’ailleurs, mes patients rapportent souvent que le son des vagues, le ressac les soulagent en créant une diversion agréable. Les acouphènes semblent alors diminuer en intensité.

acouphenes

Un acouphène persistant peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années. Que faire?

La durée de ce bourdonnement d’oreille est variable. Un acouphène peut se manifester sous forme de crises intermittentes ou s’installer dans la durée.

Les consultations ORL peuvent être assorties de séances chez le kinésithérapeute afin faire le point sur l’axe machoir-épaules-nuque ou rééduquer en cas de vertiges – kiné vestibulaire, entre autres. Il est important d’apprendre à se ressourcer, à optimiser sa récupération mentale et physique, à développer une fine connaissance des éléments déclencheurs ou aggravants pour soi. L’idée étant de faire face plus sereinement aux situations de crise. L’anxiété ne facilite pas la résorption des acouphènes et peut parfois même en être à l’origine.

L’état émotionnel de la personne au moment de la prise de conscience de l’acouphène détermine le degré de gêne ressenti. Lorsque la personne est détendue, l’acouphène peut se fondre avec les bruits ambiants d’une conversation animée, d’un moment joyeux entre amis et ne pas avoir d’impact particulier sur la personne. Au contraire, lorsque la personne est anxieuse ou stressée, l’acouphène va devenir obsédant, générer de la peur, de l’angoisse et donc être vécu négativement.

Modifier son réflexe pour soulager ses acouphènes

Les symptômes causés par l’acouphène favorisent la focalisation sur ce dernier, ce qui les accentue. Un peu comme l’effet du tic-tac de l’horloge obsédant, désagréable puis obnubilant. Au premier son, le corps se crispe, les muscles se tendent, notre tête s’enfonce dans nos épaules en anticipant la vague de douleurs qui va déferler. A ce moment là, toute l’attention est portée sur le dysfonctionnement et nous pouvons créer pour nous une première douleur assorti d’une grande inquiétude. De la même façon qu’en voyant une aiguille toucher votre peau, vous avez l’envie de vous retirer et de ne pas ressentir la piqure. En grande souffrance, les personnes ont tendance à s’isoler du bruit, puis des interactions sociales pour se protéger. L’isolement est une situation difficile. La focalisation induit un stress permanent. Lorsque le son diminue, l’angoisse de l’entendre réapparaitre laisse sur le qui-vive, dans un état de forte tension.

Développer un « non-focus » s’apprend, la sophrologie est une approche complémentaire au suivi médical en ce sens.

Je travaille en séances de sophrologie sur ces demandes : 

– être de nouveau serein au quotidien

– avoir une image positive de soi 

– optimiser ma concentration 

– favoriser sa récupération en journée 

– gérer son stress dans un environnement sonore 

enfin pouvoir vivre tranquillement avec son acouphène, pouvoir reprendre des activités sportives, de loisirs et culturelles.

Le programme comprend environ 10 séances au cabinet de Biarritz et sont adaptées à chacun. En fonction de l’intensité des vertiges, des sons, des tensions musculaires j’adapterai les protocoles. Je vous transmets des techniques à retravailler  à la maison, ensemble nous ajustons d’une séance sur l’autre. L’entrainement est simple et concret, je fournis les enregistrements de séances si besoin pour faciliter l’acquisition. Des questions ? contactez moi au 06 29 35 24 63, je vous rappelle dès que je sors de consultation.

stop acouphene

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *